Nos brèves

Claude Jalta 

14 juin 2021

 

 

Télétravail
Et si nous tentions de bien le vivre ?
 

 

Bien que la période soit plutôt au réinvestissement progressif de nos locaux professionnels, Claude JALTA, notre coach, nous propose une petite réflexion positive sur le télétravail et les avantages dont il peut nous permettre de tirer partie. En effet, tout le monde s’accorde à penser que « l’après » COVID ne sera pas comme « l’avant » et que de nouvelles façons de travailler vont trouver leur place et perdurer.
C’est assurément le cas du télétravail, du moins en partie, qui constituera probablement une des évolutions majeures dans la façon d’envisager l’organisation de l’activité professionnelle.
Alors, à vous d’en maximiser les aspects positifs !


Depuis plus d’un an, nombre d’entre nous, ont été obligés de télétravailler, ce qui a constitué une pratique nouvelle pour beaucoup. Alors oui, il n’est jamais simple de vivre le changement, surtout quand il se fait brutalement et sans préparation.
Télétravailler, c’est adopter une nouvelle manière de fonctionner et il n’est pas évident d’apprécier cette nouvelle méthode, tout en continuant d’être productif. Une des questions majeures est donc de savoir, pour les salariés, comment s’y retrouver et comment appréhender sa profession dans un nouveau format.
Quels sont les bénéfices du télétravail et comment le vivre le mieux possible ?
Une meilleure qualité de vie :
Plus de temps de trajet inutile que ce soit dans les transports en commun ou dans votre propre véhicule. Votre journée démarrera réellement à l’heure désirée et non pas deux heures avant comme à l’accoutumée. Vous aurez le temps d’emmener vos enfants à l’école le matin et de les récupérer le soir, sans vous poser la question d’être à l’heure. Je pense que vous voyez où je veux en venir, à savoir moins de stress.

 

Quels sont les bénéfices du télétravail et comment le vivre le mieux possible ?

Une meilleure qualité de vie :
Plus de temps de trajet inutile que ce soit dans les transports en commun ou dans votre propre véhicule. Votre journée démarrera réellement à l’heure désirée et non pas deux heures avant comme à l’accoutumée. Vous aurez le temps d’emmener vos enfants à l’école le matin et de les récupérer le soir, sans vous poser la question d’être à l’heure. Je pense que vous voyez où je veux en venir, à savoir moins de stress.
Cet équilibre vie privée/vie professionnelle prend ici tout son sens.
Cette qualité de vie, elle se matérialise également par le fait de pouvoir avoir des activités extraprofessionnelles (faire du sport, cuisiner, exercer des activités artistiques), en résumé : ne penser qu’à soi.

Ambiance de travail :
Cette ambiance si souvent évoquée au sein du milieu professionnel peut, si vous le souhaitez être vécue tout aussi bien à distance de vos collègues. Car ne nous voilons pas le visage, celle-ci n’est pas toujours facile à entretenir. Alors quel bonheur de se dire que vous ne serez obligés de voir certains de vos collègues que quelques minutes dans la journée, lors de réunions en distanciel par exemple. Vous ne serez amenés à les côtoyer que si le contexte l’exige.

Gestion individuelle de ses missions :
Gérer son temps comme on l’entend, beaucoup d’entre nous en rêvent.
Et bien aujourd’hui, on vous « l’offre » sur un plateau, en tout cas, nous allons le considérer comme tel.
Vous pourrez ainsi organiser votre journée de travail comme vous le désirez. Car je vous confirme que votre manager n’a comme seule attente que le travail soit bien effectué. Le reste vous appartient ! Ce qui implique que vous pouvez également gérer vos pauses et temps de repas comme et lorsque vous le souhaitez.
En clair, après la lecture de cet article, je vous invite comme d’habitude à mettre en application ces conseils et vous souhaite de prendre du plaisir dans tout ce que vous entreprendrez.
Bon télétravail et n’oubliez que l’Espace du Temps Pour Soi peut également vous accueillir en distanciel.

Claude Jalta et Stéphanie Luong

20 juin 2020

 

Pour une bonne préparation aux examens

 

Cette longue période de confinement ne doit pas nous faire oublier les objectifs de chacun. Pour certains, il est bon de retourner au travail, d’autres de reprendre une activité sportive, mais il est aussi bon de ne pas mettre de côté, nos étudiants qui préparent déjà l’année scolaire prochaine.
Pour ces derniers, il est évident que cette période si particulière doit être tirée à profit.

Pour quelles raisons :

1 – Il est facile de s’endormir et de se reposer sur ses lauriers. En clair, il faut pouvoir produire les efforts nécessaires pour garder un rythme de travail cohérent et suffisant comme celui qui vous sera demandé si vous avez le souhait d’atteindre votre objectif.
2 – Garder le niveau pré confinement : en effet, il est important de garder en éveil, sa réflexion, sa méthodologie mais également ses connaissances.
3 – Activer ou réactiver sa motivation : une des étapes les plus dures du processus. Cet élément fera, à coup sûr, la différence avec les autres étudiants. En effet, il est particulièrement difficile de l’entretenir et de la conserver. Mais on le voit très souvent, chez les sportifs de haut niveau, qui gagnent leur compétition sur le fil, LA motivation est le point clé de leur victoire.

Les solutions envisagées :

1ère étape : Etre prêt à relever le défi, c’est avant tout l’importance de la prise de conscience de cet examen ou de ce concours. Car, bien souvent, les étudiants n’ont pas pris la mesure de l’événement. Cela peut déboucher sur une défaite, voire une petite victoire. Notre objectif est de vous accompagner dans cette prise de position. Etre prêt le jour J.

2ème étape : Se donner les moyens, ce qui veut dire, mettre tout en place pour atteindre son but. Cela correspond à bien préparer son organisation, réviser régulièrement et de manière méthodique. L’idée étant de travailler de manière efficace.

3ème étape : Construire la motivation, par la prise de conscience de ses capacités et de ses forces. Le but de cette étape avec une supervision de coach est de maintenir cette motivation dans toutes les situations difficiles que pourrait rencontrer l’étudiant. Le coach, Claude, appuiera sur la notion de confiance pour vous donner un maximum de chances de réussite.

4ème étape : Apprendre à se maîtriser et approfondir sa connaissance de soi. Ainsi, la gestion du stress vous permettra de comprendre qui vous êtes et quel comportement adopter dans les situations qui peuvent vous amener à vous surpasser. Stéphanie sera la clé de cette étape.

Venez donc rejoindre nos deux intervenants qui seront à l’écoute de vos désirs et problématiques. Ils vous apporteront les conseils nécessaires pour réussir ces préparations de concours et vivre de la meilleure des manières les situations qui se proposent à vous.

Le bonus : Les 4 clés essentielles pour gérer son stress avant et pendant les examens

1 – Une bonne respiration
Nous avons tous expérimenté la respiration avec une expiration plus longue pour nous détendre. N’hésitez pas à le faire dès que besoin. Par exemple, un moment de solitude devant sa feuille et la panique qui arrive... Inspirer profondément et expirer doucement et longuement.
Dans le cadre de la préparation aux examens, je vous suggère un autre type de respiration ; la cohérence cardiaque.
Cet exercice favorise la détente mais aussi le recentrage. En effet, cette respiration permet de se décharger du stress qui immobilise et empêche de raisonner.
Faire cet exercice sur plusieurs jours puis le jour d’examen permet entre autres de réduire les troubles de l’attention, améliore la concentration ainsi que la mémorisation, favorise une meilleure gestion du stress et des émotions.
Le 5/5 ou la respiration qui équilibre : Inspirer sur cinq secondes et expirer sur cinq secondes, soit six respirations par minute.

2 – Une bonne condition physique
Envahi par le stress, le corps peut être contracté, recroquevillé.
Je vous invite à étirer votre corps pour passer votre épreuve en toute aisance. Vous pouvez vous adonner à un rituel ou à un échauffement comme le ferait un sportif qui effectue quelques mouvements pour activer tout le corps. Quelques exemples :
- Étirer ses bras et son cou pour se préparer à l’écriture.
- Masser les oreilles pour les activer et favoriser l’écoute.
- Masser les joues, détendre la mâchoire, tirer la langue, ouvrir grand la bouche pour se préparer à l'épreuve de l'oral.

3 – De bonnes "vibes" ou le bon état d'esprit avant de commencer l'examen
Il arrive de vouloir réviser tout juste avant l’épreuve. Autant vous dire que bien souvent, cela génère un stress intense et embrouille l’esprit, le cerveau enregistrant moins bien les informations sous les effets du stress. On peut s’offrir à la place un petit moment de détente pour regarder une vidéo qui nous fera rire et nous aidera à décompresser. Il s’agit ici d’une proposition d’activité pour court circuiter la montée des émotions liées au stress et ainsi permettre d’entrer en examen dans de bonnes ‘’vibes’’. Discuter et blaguer avec des amis peut faire le même effet.

4 – L'optimiste et la confiance
Le mental est très important. Une personne qui est confiante, optimiste et positive a plus de chance de réussir ses évaluations car elle est moins sous l’emprise de ses doutes, de ses peurs et de ses émotions négatives.
On se prépare bien avant les épreuves en se répétant des phrases affirmatives telles que Je suis capable, je réussis, je suis plein de confiance en moi, je suis compétent, j’ai révisé et j’ai confiance en mes capacités, je peux atteindre mes objectifs, je vais avoir de bonnes notes, je m’en sors toujours haut la main, je suis calme à tout moment…etc.
Enfin, il est bon tout de même de rappeler que les notes ne nous définissent pas en tant qu’individu mais quelle fierté de pouvoir se dire "J’ai fait de mon mieux et je l’ai fait seul", "J’ai produit cela !".

 


Emmanuel Cassanas

28 mai 2020

De l’atelier créatif à l’Art thérapie

Le « jargonnage » ou les termes employés pour présenter une activité peuvent parfois vous paraître manquer de clarté dans leur signification et ne pas  vous permettre de faire un choix éclairé. Aujourd’hui, nous lèverons donc le voile sur ce qui distingue les différentes formes que peut prendre une activité créative.

 

L’atelier créatif :
Encadré généralement par un artiste, ou un enseignant, il permet à tout un chacun d’essayer des activités créatives variées, en testant et en s’appropriant différentes techniques. Il s’agit avant tout d’une activité de loisir et de distraction, où l’attention est essentiellement portée sur le résultat de la création et les moyens mis en œuvre pour y parvenir. L’atelier créatif n’a pas de vocation thérapeutique, mais peut néanmoins concourir au développement personnel et à une certaine forme d’épanouissement. Il ne mobilise pas les leviers de type transférentiel.

La médiation artistique :
L’artiste médiateur intervient auprès du grand public, ou auprès de personnes en difficultés psychique, pour tenter, par la création artistique, de les connecter ou de les reconnecter à elles-mêmes. Il n’utilise pas spécifiquement les leviers des phénomènes transférentiels qui interviennent communément dans un travail psychanalytique. Il propose, il stimule, il invite à la réflexion et à l’introspection, avec ou sans verbalisation.
La médiation artistique peut volontiers se pratiquer en petits groupes.

L’art thérapie :
« Accompagnement thérapeutique de personnes mises en position de création, de telle sorte que leur parcours, d’œuvre en œuvre, fasse processus de transformation d’elles-mêmes » (Cf. Jean pierre Klein).
Elle nécessite la présence et l’intervention d’un art thérapeute pour engager les mécanismes transférentiels et proposer un cadre à la fois balisé, autant que bienveillant et non interprétatif.
L’art thérapeute est un professionnel de la relation d’aide qui va utiliser la création pour favoriser le processus de transformation positive et libératoire chez le bénéficiaire.
C’est une méthode qui explore le processus de création et non pas l’œuvre réalisée, dont la valeur esthétique reste tout à fait secondaire. Elle peut s’appuyer sur des médiations extrêmement variées telles que le dessin, la peinture, le modelage, le découpage, le chant, la musique, la danse, le théâtre, les marionnettes, les contes, la photographie, la vidéo…….
L’art thérapie est accessible à tous et ne nécessite aucune compétence artistique particulière de la part du bénéficiaire, quel que soit la médiation utilisée.

L’art thérapie dynamique:
Principalement basée sur les travaux du Dr Margarethe Hauschka en chromothérapie, l’art thérapie dynamiqueÒ est un protocole spécifique d’art thérapie qui combine de la musicothérapie et de l’expression plastique.
Cette technique améliore la conscience corporelle et vocale de l’individu, pour l’ancrer dans le présent et le rendre le plus disponible possible à lui-même lors de sa production plastique.

 


Stéphanie Luong

1er mai 2020

L'atelier bonus à distance « anti-confinement »
 
 Séance de visio relaxation à distance

Le déconfinement approche mais voilà qu'après un certain temps à trouver un rythme, créer de nouveaux rituels, instaurer de nouvelles habitudes et pour une majorité, découvrir de nouvelles activités, vidéos, séries, applications et même parfois des talents et capacités cachés... de nouvelles questions, inquiétudes, incertitudes, craintes et angoisses pointent leur nez.

Rien de plus normal, car cette situation exceptionnelle et inaccoutumée secoue tout de même l'ensemble des sphères de notre vie et celle de nos proches.

Elle est tellement inhabituelle qu'elle n'est en tout point de vue incomparable avec une autre situation vécue. Chercher à comparer « l’avant » et « l’après », qui n'est pas factuel, ne semble-t-il pas être une tâche capillotractée et un peu masochiste ? Certes, c'est tout à fait humain de se projeter et de porter des réflexions sur soi et sur la vie qui nous attend à la fin de ce confinement. Le risque est de laisser notre mental prendre le dessus et de gâcher notre quotidien.

Profitons de cette période pour vivre les choses à notre rythme et les vivre en pleine conscience sans culpabiliser. Faire des choses qu'on ne fait pas d'habitude, se tromper et recommencer...et pour certains, ne rien faire... Oui flâner, s'ennuyer ça a du bon.
Pourrons-nous encore, après ce confinement, nous adonner à nos activités actuelles ? Le rythme reprendra, nos obligations aussi (si ce n'est pas déjà fait). Et tout reprendra naturellement son petit bonhomme de chemin. Les bonnes habitudes partiront malheureusement et les mauvaises aussi, heureusement. Nos mécanismes reviendront ; les mêmes comportements, actions, solutions, rappliqueront, car ils nous sont familiers et faciles à dégainer.

Alors pourquoi ne pas profiter de cette période pour faire sortir le meilleur de nous-même et réfléchir à comment pérenniser cela ? Réfléchir à changer de paradigme, incluant ce que nous pouvons mettre en place pour que notre individualité puisse aussi s'épanouir dans le collectif et en écartant les automatismes qui ne peuvent plus répondre au défi du futur.
Car ce que nous avons bien compris, dans ce confinement, c'est que nous sommes interdépendants. Une interdépendance qui va au-delà des relations humaines ; notre rapport à la nature, à la terre, à la consommation. Et dans cette chaîne, chaque maillon compte. Pour cela, occupons-nous de nous et évitons qu'un grain de sable vienne perturber cela. Nous avons besoin avant tout d'être bien avec soi et dans notre corps. Prenons soin de nous.
Dimanche 3 mai, retrouvez-moi en ligne pour une pratique collective.
Je vous propose une séance de relaxation pour nous détendre, lâcher prise et nous ressourcer.


Emmanuel Cassanas

19 avril 2020

L'atelier bonus à distance « anti-confinement »
 
En avant pour créer votre propre Mandala

Vous avez tous entendu parler des Mandalas à colorier, pour se détendre, pour déstresser. Mais il y a encore mieux à faire : créer son propre Mandala, ou une série de Mandalas pour aller à la recherche de soi-même. Le confinement est un contexte idéal pour se lancer dans cette découverte.
Petit rappel :
En sanscrit Mandala veut dire « cercle ». Si nous devions retenir une définition large et ouverte, nous pourrions dire que le Mandala est une création (dessin, peinture, collage, sculpture…) qui s’inscrit dans un cercle et qui se développe autour d’un centre. Il est plus ou moins structuré et complexe suivant l’objectif recherché et l’élan créatif dans lequel on se trouve. Symboliquement, vous êtes au cœur de ce cercle. Le Mandala constitue une clef d’accès à soi même et peut permettre des voyages intérieurs insoupçonnables.
Action :
Rassemblez quelques feuilles de papier et les médiums de votre choix (feutres, crayons de couleur, peinture, pastels secs, ou gras, encres… sans restriction)
Découpez plusieurs carrés de même taille, dans vos feuilles de papier : par exemple de 15 x 15 cm
Dans chaque carré, au fur et à mesure, vous positionnerez un cercle à votre convenance, plus ou moins grand, à main levée ou en vous aidant d’un compas, ou d’un ustensile délimitant le cercle qui vous conviendra.
Maintenant, à vous de jouer, en partant du centre, ou pas, sur le thème que je vous suggère du CORONA VIRUS qui constitue justement une « couronne ».
Laissez libre cours à votre imagination, à votre perception, à vos espoirs concernant ce micro-organisme qui en quelques semaines a bouleversé nos existences. Je vous invite à en imaginer plusieurs versions, évolutives, ou non. A vous de voir….
Envoyez-moi des photos, ou scan de vos réalisations et gardez-les précieusement. Le déconfinement venu, je vous inviterai à l’Espace du Temps Pour Soi et nous en ferons une œuvre collective.
Vous pouvez partager cet atelier avec d’autres personnes. Elles seront les bienvenues.
IMPORTANT : laissez-vous aller et ne soyez pas dans le jugement de votre production.
 A très bientôt.
 
 
 
 
 

 

 

Claude Jalta

4 avril 2020

 

Comment être convaincant dans le cadre de ton projet de formation ?
A destination de nos jeunes qui préparent leur orientation.

Dans le cadre de ton orientation scolaire, tu dois être le plus simple et le plus clair possible.
Force est de constater que ton projet est intéressant, mais que dois-tu faire pour que celui-ci soit convaincant et que tu puisses atteindre tes objectifs ?

Voici quelques conseils que tu pourras appliquer dans le cadre de la rédaction de ton projet
  • Être synthétique
Tu dois aller droit au but, être concis, efficace et surtout lisible et compréhensible. Tu dois savoir que le lecteur de cette présentation devra te découvrir à travers ces quelques lignes. Tu ne dois donc pas perdre de temps et vite faire part de tes envies. Il pourra ainsi mieux comprendre ton projet et ton désir.
Il faut éviter les grandes phrases. On m’a toujours dit : 1 idée = 1 phrase.
Les mots de liaison pour les phrases à rallonge ne sont pas forcément appréciés et vous poussent à vous « perdre » dans vos idées de départ
  • Objectif visible
L’objectif de formation visé par tes soins doit être identifié de suite et identifiable par votre interlocuteur. Tout ce qui est écrit sera en rapport avec ta formation. Mets en avant tes compétences, tes qualités, tes valeurs que tu dois posséder pour intégrer cette formation. Tu dois également décrire tout le parcours effectué et les démarches entreprises pour intégrer cette voie. Toutes les expériences qu’elles soient professionnelles ou extraprofessionnelles sont utiles à préciser dans cette rédaction de projet.
Tu dois savoir que ta personnalité et ton investissement dans ce texte démontreront à tes futurs lecteurs, la force de ton profil.
Ton argumentation doit être ciblée et choisie.
  • Avoir une bonne connaissance de « toi »
Un des moments les plus difficiles de cette rédaction est d’être le plus clair sur toi. En résumé, mieux tu te connais, plus tu auras de facilités à te décrire. Tu dois être aligné avec toi-même, à savoir trouver l’alignement cohérent entre tes qualités, tes compétences et tes expériences. Écris qui tu es, écris ce que tu sais faire. La formulation de tous ces éléments est importante et primordiale pour la réussite de ton entrée en formation.
  • Rédaction simple
Attention à ton orthographe. Il faut savoir que les fautes ne sont jamais bien perçues, tant pour l’orthographe que pour l’oubli de relecture de ta part. Tu dois prendre l’habitude de présenter tes écrits à tes proches ou autres personnes de confiance pour toi. Eux aussi pourront prendre connaissance de ton projet et te soutenir dans tes démarches.
Il conviendra d’avoir un plan simple, bien construit et argumenté.

A toi de jouer…..

   


Claude Jalta

 3 janvier 2020

 

Et si nous pensions à notre orientation vers le domaine de l’alternance
En effet, 2020 est là et vous allez devoir penser à l’orientation de vos enfants.
Comme vous le savez, « le jeune » pense toujours avoir le temps de tout faire au dernier moment.
C’est là que vous intervenez et que vous pouvez lui rappeler qu’il doit réfléchir à une orientation pour
la rentrée prochaine. L’idée n’est pas de travailler dans la précipitation mais dans la sérénité.
Alors, à vos crayons et notez le programme ci-dessous qui pourra sûrement vous aider dans la
perspective de la rentrée 2020 :
- Janvier : Identifier réellement son projet
- Février :
o Préparation du CV et de la Lettre de motivation adaptés pour le CFA et le
patron.
Il faudra rédiger une lettre pour l’entreprise et une lettre pour l’école.
Les lettres doivent être adaptées à leur destinataire
o Activation de tous les leviers de votre réseau
- Mars : Inscription dans les écoles et les CFA
- Mars / Avril jusqu’à Août : Recherche de patrons + relances à effectuer
Ce qui fera la différence avec un autre étudiant, c’est l’organisation de sa méthode, la ténacité et le
côté professionnel de sa recherche.
Pour une affectation vers le lycée
- Octobre / Novembre : Temps de la réflexion pour votre enfant
- Janvier / Février : Demande provisoire d’orientation
- Mars /Avril / Mai : Choix de l’orientation et de l’affectation
- Juin : Décision d’orientation et d’inscription
-
Pour l’enseignement supérieur
- Janvier / mars : saisie des voeux
- Avril / Juin : confirmation des voeux
- Avant juillet : Inscription administrative dans l’établissement
Nous vous invitons à vous rapprocher du collège, lycée et université concernant le parcours de votre
enfant.
En parallèle du travail d’orientation professionnelle que vous mettrez en place, il est indispensable de
conserver le contact avec tous vos interlocuteurs dans les différents établissements scolaires.
Alors à vos réflexions, vos choix et allez rencontrer votre nouveau réseau et les établissements
nécessaires à la bonne construction du parcours de votre enfant.
CJ Coaching s’engage bien évidemment à vous accompagner tout au long de ce parcours.

   


Aurélie Liaigre et Stéphanie Luong

4 décembre 2019

 

Comment bien vivre son hiver ?
Il est tout à fait normal à l’approche de l’hiver de se sentir plus fatigué, moins motivé pour
entreprendre de nouvelles choses, d’avoir besoin de se replier sur soi (sensation d’hibernation), …
Surtout pas de panique ! On vous explique brièvement pourquoi et on vous propose nos points
essentiels pour mieux vivre son hiver.
Selon l’aspect traditionnel de la médecine chinoise, nous entrons dans une période yin qui
correspond à une période de mise au repos. La nature elle-même passe au repos, les nuits sont plus
longues, certains animaux choisissent l’hibernation.
Nous, en tant qu’êtres humains, nous subissons également cette influence énergétique comme tout
être vivant. Profitons de cette période pour revenir à nous, nous recentrer, nous ressourcer avant le
bourgeonnement du printemps.
Nos conseils :
- Acceptez d’être au ralenti et ne surchargez pas votre planning,
- Privilégiez votre confort et inspirez-vous par exemple de la philosophie danoise Hygge,
- Prenez soin de vous et faites-vous plaisir (massage, séance de relaxation, prendre un bon
bain, moment de partage avec ses proches…),
- Baladez-vous au frais bien vêtu pour renforcer